Découvrez nos programmes immobiliers neufs à Strasbourg et concrétisez votre projet d’achat d’un appartement neuf en duplex.

Considérée par l’abbé Grégoire comme « la huitième merveille du monde », la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg célèbre, en 2015, ses mille ans. Un événement considérable pour un édifice devenu un symbole universel de liberté et qui, de 1647 à 187-4, fut le plus haut monument du monde.

Histoire et la Mémoire se disputent   l’actualité. En célébrant le millénaire de la cathédrale de Wernher, on l’inscrit dans une continuité qui se vit au présent parce que sa fonction est restée la même et parce que ceux qui la fréquentent sont  animés  par  de  bonnes  raisons cultuelles ou culturelles. Mille ans, c’est un chiffre, c’est une performance, mais cela n’a pas une grande signification en-dehors de l’opportunité touristique ou de l’intérêt savant. Notre société a besoin de repères, et celui-ci tient la route en vertu du politiquement correct.

Mais on en oublie une autre dimension de ce que l’abbé Grégoire considérait comme «la huitième merveille du Monde»: sa valeur de symbole universel. Et c’est de là, peut-être, que procède la «grâce» de la cathédrale de Strasbourg. Cette fois, on dispose d’une date exacte, le 23 novembre 1944, à 14 heures 30, il y soixante-dix ans. On peut encore entendre des témoins, de moins en moins nombreux hélas, et on connaît les noms des acteurs: Philippe.
leclerc de Hautecloque et Maurice Lebrun. : ce dernier, chef de char du Ier peloton l ?: compagnie du régiment de marche des spahis marocains qui a réalisé l’exploit ;hisser le drapeau tricolore au sommet de la flèche, à 142 m d’altitude, pendant qu’on battait encore dans les rues de la ville. Cet le bravoure ne veut pas dire revanche, au sens militaire ou sportif: il incarne l’idée suivant laquelle la cathédrale de Strasbourg .nage même de la liberté retrouvée, de la valeur suprême de notre monde.

de fait, on peut relire son histoire dans cette optique, en rappelant quelques-uns des moments fondateurs.

d’abord,  en essayant de situer le chantier de 1015 dans le contexte de la liberté de l’Église, liberté de l’Eglise ,libertas Ecclesiae, c’est à dire de l’affirmation selon laquelle la communauté des chrétiens, son clergé et l’ensemble des fidèles ne sauraient se soumettre au pouvoir des laïcs pour les questions qui tournent autour de la foi, de la pratique et des institutions afférentes.

c’est le cœur de ce que sera la réforme grégorienne, esquissée par le pape Léon IX (1049-1054). L’évêque Wernher, qui est le représentant de l’empereur dans sa ville de Strasbourg, en est-il déjà l’interprète? Grand seigneur et diplomate, il est incontestablement une figure politique.

Le deuxième acte se place au milieu du XIIIe siècle, lorsque les Strasbourgeois s’émancipent de la tutelle épiscopale, tout au moins dans sa dimension temporelle. Le 8 mars 1262, leur victoire sur la chevalerie de Walter de Geroldseck s’ouvre sur une harangue inouïe: «Vous combattez aujourd’hui avec courage et sans peur pour l’honneur de notre ville et pour perpétuer notre liberté et celle de nos enfants et descendants! ».

ces mots n’avaient jamais été dits sous cette forme prophétique, en employant le singulier «liberté», et en les appliquant à une communauté d’habitants, au présent et au futur. Est-ce à dire que les Lumières du XVIIIe avaient cinq siècles d’avance sur les bords de i* 111 ? Évidemment non, d’autant que Freiheit et Libertas s’employaient généralement au pluriel et ne désignaient pas un concept abstrait, mais des droits bien calibrés qu’on appellerait plutôt des privilèges. Il n’empêche que l’événement est particulièrement fort et que c’est à ce moment que l’œuvre Notre-Dame passe sous l’autorité de la ville. La construction de la façade, qui débute en 1277, exprime l’indépendance et la puissance des bourgeois; elle peut être interprétée comme un « geste architectural » autrement plus parlant que le béton édilitaire du XXIe siècle. La cathédrale est une entreprise collective menée dans la longue durée. Elle est un monument religieux et civil : pour preuve, on y élève les statues de ses parrains laïcs, Clovis, Dagobert, et, mieux, le roi Rodolphe Ier, qui a été l’allié de la cité lors de la guerre contre l’évêque.
Le troisième temps de ce parcours libertaire est l’avènement de la Réforme, ou, plus largement, de la liberté de parole qui l’a nourrie. Sa vedette est le prédicateur Geiler de Kaysersberg, qui y prêche pendant plus de trente ans, de 1479 à sa mort en 1510: c’est l’inverse d’un ayatollah ou d’un Torquemada, et contrairement à la plupart de ses amis humanistes, il n’est pas du côté du manche. On pourrait lui attribuer la formule «Et la lumière fut» de la statue de Gutenberg, sur la place du même nom, à une encablure de sa chaire, parce qu’il est, lui aussi, un acteur de la révolution du livre.

Mais que fera-t-on des conflits dont la cathédrale est l’enjeu de Luther à Voltaire ? Sa sortie du catholicisme romain, entre 1525 et 1681, puis sa restitution forcée à l’évêque, par la grâce du Roi-Soleil? La problématique n’est pas vraiment différente, dans la mesure où le monopole revendiqué par les concurrents se traduit par l’exclusion de l’autre, et par un déni de reconnaissance. Mais paradoxalement, c’est sur le plan culturel, lorsqu’on comprend, avec Goethe et bien d’autres, que l’édifice est un sommet du génie humain, que l’on peut croire à la fin des passions, à la tolérance vraie, à la sincérité des cœurs. Au XVIIIe siècle, les touristes sécularisent la cathédrale pour le bonheur de tous.

Mais alors, quid de la Révolution, que les esprits chagrins peignent du noir le plus noir? Là encore, il faut retourner l’image. La cathédrale n’en est pas qu’une victime: elle a été profanée, certes, elle a souffert du vandalisme, assurément, mais, contrairement à une légende tenace, sa flèche n’a jamais été menacée autrement qu’en parole, par la bouche d’un imbécile. Elle s’en est tirée infiniment mieux que l’abbaye de Cluny, exploitée pour ses pierres de taille à un moment où les restaurateurs strasbourgeois réparaient les dégâts de naguère. Et mieux encore, car c’est dans ce climat que s’est produite la prise de conscience décisive, avec l’appel du jacobin allemand Georg Wedekind à l’abbé Grégoire, en l’an II, et un peu plus tôt, avec Euloge Schneider en personne.

Grand admirateur d’Erwin von Steinbach, ce dernier assignait à la cathédrale un rôle de porte-parole des idées révolutionnaire : dans une lettre imaginaire à son homologue de Fribourg, la flèche de Strasbourg le proclame haut et fort: «Je sonne le glas des despotes et de leurs valets. J’ai donné à un peuple libre le signal de déployer toute sa force. Jusqu’alors, il a menacé, mais il ne frappait pas : à présent, il ne va plus menacer, mais il va frapper et fracasser. Tantôt, j’ai annoncé notre grande révolution aux Allemands, et je parle encore une fois, la terre va trembler…Ma sœur, je t’en conjure par les cendres du grand Erwin, qui nous a créées toutes deux (…) appelle les peuples d’Allemagne à reconnaître leurs droits éternels». Inutile d’insister sur le bonnet phrygien de métal qui la coiffe jusqu’à l’avènement de Napoléon Bonaparte, ou sur sa place, prééminente, dans l’imagerie de la Marseillaise et du Pays de la Liberté. Aucune autre cathédrale n’a aussi fièrement arboré le drapeau du progrès.

ces vertus patriotiques s’exacerbent lorsque Strasbourg  est  le  théâtre  du premier bombardement médiatique en temps réel, en  août-septembre  1870: elle est alors promue au rang de martyr, ou d’otage de  l’arbitraire prussien. Sa silhouette s’identifie à l’Alsace meurtrie, et devient , par la même,  une figure de la liberté bafouée. Des milliers de chromos , d’affiches, de cartes postales lui conférent cette mission de mémoire, en Alsace, hors d’Alsace et quelles que tentations confessionnelles ou les opinions de ceux qui les affichent: la statue de la Liberté de New York en est , en quelque sorte, une réplique. Son symbolique est sans équivalent ailleurs puisqu’elle est désormais relique que, une géante de pierre et une de l’âme. On ne s’étonnera . de la retrouver militante,   et d’entendre Jacques Peirotes annoncer, en 1903, que « nous hisserons un jour le drapeau la vieille cathédrale d’Erwin. Et il flottera joyeusement au vent et il annoncera tout entier la magnifique victoire, ! me a vaincu et qu’aucune force ne pourra alors le redescendre (…) C’est le drapeau de la liberté, de l’humanité, le drapeau de la fraternité, le drapeau de la conciliation, de la liberté et du droit» .

Cette vision d’apothéose est réactualisée en novembre 1918, avec une profusion d’images et un mot nouveau, inauguré à Strasbourg, lors de l’entrée des troupes françaises, celui de Libération.

La plupart des gens l’ignorent, mais ce terme n’avait pas cours avant cette date dans l’acception qui est aujourd’hui la sienne: on parlait plutôt de délivrance. Sa première occurrence politique se trouve sur des affiches dessinée par Hansi, où elle remplace le titre «défense nationale», à propos de l’emprunt de guerre. Elle fait écho au slogan selon lequel «le drapeau tricolore» à Strasbourg annoncera au monde le règne de la Paix, de la Liberté et de la Justice.

On comprend mieux, dès lors, la portée du serment de Koufra, le Ier mars 1941, lors de la première victoire de la France libre: « Jurez de ne déposer les armes que le jour où nos couleurs, nos belles couleurs, flotteront sur la cathédrale de Strasbourg» et de l’événement qui a eu lieu le 23 novembre 1944. Cinq ans avant la fondation du Conseil de l’Europe…

Lire aussi:

immobilier à Strasbourg

programme immobilier neuf

 

6 septembre 2016

La Cathédrale de LA LIBERTÉ

Découvrez nos programmes immobiliers neufs à Strasbourg et concrétisez votre projet d’achat d’un appartement neuf en duplex. Considérée par l’abbé Grégoire comme « la huitième merveille […]
26 août 2016

LA GUERRE FRANCO-ALLEMANDE DE 1870

DU PLÉBISCITE A LA GUERRE Le 8 mai 1870, l’Empereur Napoléon III consulte le peuple français par plébiscite (référendum). Dans toute la France ce référendum est un […]
30 juin 2016
notre dame de strasbourg

Download Full Movie Arrival (2016) English Subtitle

Arrival (2016) Full Movie Online Watch Free , English Subtitles Full HD, Free Movies Streaming , Free Latest Films. Quality : HD Title : Arrival. Director […]